Témoignages d'installation

La mission accueil du Pays d’Aurillac accompagne les candidats à l’installation sur son territoire quel que soit le secteur d’activité (création ou reprise d’entreprises, salariat). Elle s’appuie sur un réseau de partenaires pour faciliter l’installation suivant les attentes professionnelles, familiales et sociales du candidat. Ci-dessous, quelques témoignages parmi tous ceux qui ont déjà sauté le pas pour venir s’installer en Pays d’Aurillac…


Le bonheur d’être artisan

Hélène et Guillaume MOUTON-SIMONET

Guillaume Mouton-Simonet, conducteur de travaux dans une menuiserie, a subi un licenciement économique en juin 2014.
Hélène est alors médiateur culturel pour le musée d’art moderne de Troyes (Aube) et infographiste au service communication de la mairie. Avec leurs trois enfants, ils décident de changer de vie et de créer en Châtaigneraie Cantalienne une entreprise artisanale de fabrication de produits mobiliers « Outdoor » en bois de châtaignier notamment. Hèlène va parallèlement créer un atelier de céramiste. Ils ont suivi la session d’accueil d’actifs en 2014 et cette famille a été accompagnée par la mission accueil du Pays d’Aurillac dans son installation.

lejardindumenuisier.com


De retour au pays pour y créer son entreprise

Gaëtan du Fayet

Originaire du Cantal, Gaëtan du Fayet travaillait depuis 8 ans à Paris comme orthoprothésiste salarié. En février 2016, il a créé à Aurillac une entreprise spécialisée dans la fabrication d’appareillages orthopédiques externes sur mesure, service qui n’existait pas dans le Cantal. Il a créé un emploi et envisage de nouvelles embauches dans le cadre d’un projet de développement. La mission accueil du Pays d’Aurillac l’a accompagné dans son installation et le suit pas à pas dans son développement.

www.orthopedieprotheka.com


Des volcans polynésiens aux volcans cantaliens

Jérémy Lasseux et Romain Wilhelm

Originaires de la Nièvre et de la région parisienne, Jérémy et Romain, infirmiers de métier, ont vécu et travaillé 4 ans en Polynésie Française. Particulièrement préoccupés par la situation d’une population vieillissante et isolée en milieu rural, ils décident de venir s’installer fin 2016 dans le Cantal pour ouvrir leur cabinet libéral. Ils sont vite confrontés à la réalité du terrain, le Pays d’Aurillac étant une zone surdotée en infirmiers libéraux.

Néanmoins, les deux jeunes hommes ne se laissent pas pour autant démotiver, poussés par un optimisme sans faille. Jérémy commence  par un poste au Centre Dialyse du Centre Médico Chirurgical et poursuit au service des urgences de l’hôpital Henri Mondor d’Aurillac. Durant l’été 2017, il va assurer des remplacements dans un cabinet d’infirmières en Châtaigneraie, premier pas vers le libéral. Quant à Romain, il a décroché un CDI mi-temps dans un centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie et assure également un remplacement à mi-temps en libéral à Ally.

« Nous avons reçu un accueil formidable de la part du réseau Accueil du Pays d’Aurillac qui s’est mobilisé pour notre installation et notre intégration sur ce territoire. Nous ne repartirions pour rien au monde. » rajoutent-ils.


Bienvenue dans le monde des abeilles

Séverine et Sébastien CANO

Venus d’Isère avec leurs deux enfants, Séverine et Sébastien se sont lancés dans l’apiculture. Séverine avait quitté son emploi pour suivre une formation agricole, Sébastien était commercial.

C’est en Châtaigneraie que la famille a posé ses bagages et ses rêves. Séverine a ouvert en 2015 un magasin de produits apicoles qu’elle fabrique dans son atelier de transformation . Sébastien développe une activité d’apiculteur en plus d’une activité salariée.

Ils ont suivi la Session d’accueil d’actifs du Pays de Maurs en 2009 et après une première installation dans le Cézallier Cantalien, ils font le choix de prendre la destination du sud du département du Cantal grâce à une proposition et un suivi du chargé de mission accueil du Pays d’Aurillac.

Le Chaudron de Mayas


Les délices du Berry et du Cantal

Jacques OLLANDOIS

Venu de Bourgogne avec son épouse et son fils, Jacques OLLANDOIS a répondu à une annonce de reprise d’une cave à vin au Rouget via le portail internet Auvergnelife.
Après avoir été pendant plus de 30 ans cadre dans une société de pré-presse et gérant d’un commerce de presse, le Cantal a immédiatement séduit Jacques, d’autant qu’il souhaitait se rapprocher de son fils qui allait entamer des études de BTS Banque dans la région Auvergne.

Suivi par la mission accueil du Pays d’Aurillac, Jacques OLLANDOIS a fait fructifier son affaire depuis son installation en septembre 2015 et envisage un agrandissement de sa boutique pour proposer une plus large gamme de produits régionaux typiques du Cantal, mais aussi de sa Bourgogne natale et du Sancerrois.

Sylvie, son épouse, après avoir démissionné de son poste d’acheteuse/approvisionneuse dans un grand groupe installé dans la Nièvre, a retrouvé un poste similaire en CDI dans une entreprise aurillacoise.

La Cave du Rouget


De la Belgique au Cantal

Chantal et Dominique BOUQUEAU

 

Tout droit venus de leur Belgique natale, Chantal et Dominique BOUQUEAU ont eu un coup de cœur pour le Cantal. Parce que leurs situations professionnelles ne leurs convenaient pas, parce qu’ils avaient envie de travailler ensemble,  ils se mettent en quête d’une affaire à reprendre.

Ils vont la trouver grâce à la mission accueil du Pays d’Aurillac, où ils ont un coup de cœur pour le village et l’épicerie de Marcolès qui était à reprendre. En juin 2016, leur rêve se réalise. « Nous sommes sur les rails et nous avons pu répondre à l’attente des habitants qui était très forte pour redémarrer cette activité. Nous avons reçu un excellent accueil et nous nous sommes intégrés rapidement auprès des habitants. »  rajoute Chantal.

Proxi


 Et si demain c’était vous ?

ACTUALITES MISSION ACCUEIL